Kalbi Tang | Soupe de côtes courtes coréennes (paléo, AIP)

Sauter à la recette

La princesse et les rebelles se sont frayés un chemin dans les montagnes, obligés de passer par une grande chaîne enneigée pour atteindre la côte sud plus tempérée. Alors qu’ils menaient les chevaux entre deux sommets montagneux escarpés, la princesse frissonna et leva les yeux vers les pics silencieux qui la dominaient. Ils étaient plus imposants que n’importe quel bâtiment impérial construit par les édits de son père. Comme pour démontrer leur puissance, les montagnes envoyèrent un puissant blizzard, droit sur leur chemin. Pris dans la tempête de neige avec leurs lourdes fourrures et leurs chevaux gonflés, toute la compagnie ressemblait à une horde de maraudeurs mongols.

Le quatrième jour, la tempête implacable a fait tomber un bloc de neige de la taille d’un mur sur le col. Ils furent contraints de rebrousser chemin jusqu’à la grotte la plus proche et de camper jusqu’à ce que la neige se tasse.

La princesse s’était habituée aux rebelles, et la perspective d’être piégée dans une grotte avec douze d’entre eux n’était pas aussi rebutante qu’elle l’aurait été un mois auparavant. De même, les rebelles avaient développé un certain respect pour la volonté d’apprendre de la princesse et son refus obstiné d’admettre l’épuisement. Ainsi, au lieu de faire du prosélytisme, ils se sont tous détendus et ont évoqué leurs familles en se serrant autour du feu. En mâchant de la viande séchée, les rebelles parlaient des femmes et des maris, des enfants et des parents âgés laissés derrière dans les villages, leurs visages affamés et désespérés rappelant constamment la raison pour laquelle les rebelles se battaient. Lorsque le grog coule plus librement, ils passent à des histoires plus légères d’aventures sur la route et de moments heureux passés. Le jeune homme était de loin le meilleur conteur, tenant la princesse en haleine avec ses récits d’évasions audacieuses des gardes nobles après avoir pillé les entrepôts royaux, ou de navigation sur les océans jusqu’au royaume des ermites et retour. Emmitouflée dans ses vêtements de paysanne, la princesse pensait pouvoir passer le reste de sa vie à écouter ses histoires.

Leur réserve de nourriture, malheureusement, n’était pas aussi illimitée que les histoires des rebelles. Après trois jours dans la grotte, ils n’avaient plus de viande.

« Je vais aller voir ce que je peux trouver », dit le jeune homme en saisissant son arbalète.

« Qu’y a-t-il par ce temps ? » demande la princesse.

« Vous seriez surprise », répond-il, et il s’esquive par l’entrée avec un des autres hommes. Ils revinrent plus tard dans la soirée, portant entre eux un grand cerf. La compagnie applaudit et se met à nettoyer et à préparer la viande.

Se sentant inutile, la princesse s’approche du chef, occupé à dépecer l’animal.

« Pourrais-je… faire le dîner, ce soir ? Pour tout le monde ? »

Le jeune homme leva les yeux, surpris, et posa son couteau. « Pour tout le monde ? » Il sourit, soudainement. « Mais certainement, Princesse. Nous serions heureux de goûter à votre cuisine royale. »

La princesse rougit et baisse les yeux. « Non, ce ne serait pas comme ça. Mais ma vieille nourrice, elle avait l’habitude de faire un plat… Je pense que je peux le faire, avec ce que nous avons ici. »

Le jeune homme fit signe aux autres de laisser la place, et la princesse choisit ses morceaux de viande, ainsi que quelques oignons et autres légumes de leurs réserves qui s’amenuisent à l’arrière. Quelques heures plus tard, elle se tenait au-dessus d’un grand chaudron, sirotant le bouillon de la recette de sa nourrice.

« Kalbi tang », dit-elle, au chef. « Mais avec de la venaison, pas du boeuf. » Elle tendit un bol au jeune homme.

« C’est tout aussi bon », dit-il en hochant la tête et en distribuant des bols aux autres. Et c’est ainsi que, par cette nuit d’hiver enneigée, une princesse a nourri douze rebelles avec le plat préféré de sa nourrice nordique.

Cliquez ci-dessous pour d’autres épisodes de la série La princesse &rebelle!

  • La princesse &rebelle partie 1 : Pajeon dans la grotte
  • La Princesse &la Rebelle Partie 2 : Mandoo au village
  • La Princesse &la Rebelle Partie 3 : Mandooguk dans les bois
  • La Princesse &la Rebelle Partie 5 : Tendon de bœuf frit dans le Sud
  • La Princesse &la Rebelle Partie 6 : Kimchi sur la côte

Kalbi Tang | Soupe de côtes courtes coréennes (paléo, AIP)
Temps de préparation
20 mins

Temps de cuisson
4 heures

Temps total
4 heures 20 mins

Auteur : Julie Hunter
Type de recette : paléo, protocole auto-immun (PAI)
Cuisine : Coréen, soupe
Serves : 8 portions

Ingrédients
  • 1.5 livres de côtes courtes, coupées en morceaux de 2 pouces
  • 1 livre de tendon de bœuf (facultatif)
  • 2 tasses de bouillon d’os de bœuf nourri à l’herbe (facultatif, aide à démarrer le bouillon mais pas essentiel)
  • 8 tasses d’eau
  • 1 radis daikon de taille moyenne, tranché en petits morceaux
  • 1 cuillère à soupe de gingembre tranché
  • une bonne poignée de nouilles de japchae/fécule de pomme de terre douce
  • 1 botte d’échalotes/oignons printaniers, tranchés
  • 1 oignon blanc/jaune
  • 4 gousses d’ail, tranchées
  • 2 cuillères à café d’aminos de noix de coco
  • 2 cuillères à café de sel marin (ajuster au goût)
  • 1 cuillère à café de vinaigre de cidre de pomme
Instructions
  1. Si vous utilisez du tendon de bœuf, faire bouillir pendant au moins 2 heures seul avant de l’ajouter à ce qui suit (ou utiliser un autocuiseur).
  2. Ajouter de l’eau et du bouillon dans une grande casserole et porter à ébullition – ajouter les short ribs. Certaines personnes blanchissent les short ribs puis jettent l’eau et recommencent (pour un bouillon plus clair), mais ce n’est pas essentiel.
  3. Baisser le feu et laisser mijoter la viande (avec les tendons, si vous les utilisez), pendant 3 heures. (L’utilisation d’une cocotte-minute raccourcira tout cela de manière significative…mais je n’en ai pas encore une, donc si quelqu’un l’essaie, merci de commenter ci-dessous 😉
  4. Une fois que le bœuf est devenu tendre, ajoutez le gingembre et le radis. Faites cuire pendant encore 20 minutes.
  5. Ajoutez les nouilles japchae et faites cuire pendant 5 minutes.
  6. Ajoutez ensuite l’oignon, les oignons verts, l’ail et les assaisonnements, et faites cuire pendant encore 5-10 minutes.
  7. Servez avec du kimchi ou mangez tout seul ! C’est une soupe copieuse et rassasiante… bonne pour l’hiver (ou, vous savez, le temps de la faim) 🙂
3,5.3226

Encore avec une garniture d’œufs, pour les non-AIP-ers 😉

Cette recette est présentée dans la table ronde des recettes Paleo AIP de Phoenix Helix.

Comme Chargement….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.